Skip to content

Quick : L’échec de la co-franchise !

29 octobre 2015

Après de longues vacances à la voile en Méditerranée et clôturant une belle saison de navigation aux Voiles de St Tropez…, il a bien fallu que je me remette au travail !

Mais il est clair que l’information importante de la rentrée septembre 2015 est incontestablement la reprise de Quick par le groupe Olivier Bertrand, master franchisé français Burger King. Que l’enseigne mondiale de fast food, absente de la France depuis 15 ans, revienne sur le marché, rien d’étonnant. Burger King reste le numéro 2, après McDonald’s, dans l’industrie du hamburger.

Mais on peut s’interroger sur le pourquoi de la future disparition de l’enseigne Quick.
Défaut de savoir faire ?

Manque d’ambition ? 600 restaurants en France et au Benelux au lieu des 3 000 restaurants Quick possibles dans le monde, par exemple.

Que s’est-il donc passé pour expliquer un pareil échec du numéro 2 français du fast food ?

Je vous recommande, si vous voulez en comprendre les causes, de vous reporter en cliquant sur le lien et de redécouvrir mon blog du 11 mars 2011 intitulé : « Dommages collatéraux ! Lettre ouverte à un franchiseur « collectiviste »: Quick ! »

J’avais déjà programmé la disparition de Quick qui véhiculait de fausses valeurs dans la relation franchiseur-franchisé.

Débat de doctrine et de philosophie houleux qui avait fait fuir de la fédération les Mcdo et grandes enseignes quand la fédération prônant le principe de la co-franchise avait ouvert son conseil d’administration aux franchisés.

Pris en tenaille, d’une part par un « polar politico-financier » des actionnaires (ahurissant !) et une approche toute socialiste voir humaniste (!) d’une soit disante nouvelle gouvernance, c’est-à-dire une relation collaborative franchiseur-franchisé, un pouvoir participatif… Bref, un principe de co-franchise si cher à la FFF. Je vous rappelle que Quick faisait partie du conseil d’administration de la FFF en tant que franchiseur. De même que le président de l’association des franchisés Quick faisait lui aussi partie de ce même conseil d’administration ! Et oui…

En lisant mon blog du 11 mars 2011, vous allez vous régaler…

Ah, j’oubliais, mais il y a aussi dans le monde de la franchise, des franchiseurs (non membres de la FFF !) qui obéissent au cercle vertueux des winners en respectant les bonnes règles de la franchise. Je veux parler de l’enseigne « Gérard Darel ».

Le franchiseur « Gérard Darel » avait vendu son réseau en 2008 à un fonds d’investissement américain Advent pour 300 millions d’euros (pas mal !). Ce même fonds a dû déposer le bilan de « Gérard Darel » en juin dernier…

Le Tribunal de Commerce de Paris vient d’accorder au fondateur de l’enseigne (famille Gerbi), l’ancien franchiseur donc, la reprise du réseau pour environ 40 millions d’euros !

Ça, c’est du business, bravo la famille Gerbi !

Il ne faut pas oublier que la franchise est aussi un système capitaliste !

Advertisements
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :