Skip to content

Les dérives de la franchise ?

22 juin 2015

Malgré les apparences publiques du succès de la franchise française aujourd’hui, elle risque de régresser dans les années à venir, pour deux raisons :

1. On observe actuellement un tassement des candidats à la franchise :

  • Sur les sites de recrutement. Ils voient leurs prospects baisser de 30% (dixit nombre de franchiseurs)
  • Le salon de la franchise à Paris en nette baisse de fréquentation également

Les cadres en reconversion qui cherchent à devenir franchisés ne sont pas éternels et la source pourrait se tarir.

Qui va les remplacer ? Les commerçants encore indépendants … Mais il n’y en a plus beaucoup !

2. Le discours politique professionnel français devient de plus en plus ambigu.

Faut-il construire une franchise solidaire ?

On peut lire ici ou là des points de vue rédigés par experts autorisés (par exemple, les membres du collège des experts de la FFF) annoncer fièrement que la FFF ne défend que la « FRANCHISE ». C’est oublier que s’il n’y avait pas « d’entrepreneurs franchiseurs », la franchise n’existerait pas.

Beaucoup de fédérations de la franchise ont oublié qu’elle était leur mission première : défendre les entrepreneurs franchiseurs. Cette dérive, conséquence d’un désir de pouvoir, exprimé pour le coup, par la voix institutionnelle, permettant à certains de se « gausser », de fréquenter et croiser les pouvoirs publics, ne sont en réalité que des « oies blanches » manipulées aujourd’hui par un pouvoir socialiste (exemple : loi Macron, projet Taubira, etc…).

Ce pouvoir, par petite touche, ici et là, en voulant ne défendre que le faible, dans notre cas le franchisé, conduit par idéologie à faire fuir l’entrepreneur franchiseur, qui par son génie (et oui !), qui créé, qui développe, qui prend des parts de marché, celui-là, on va finir par l’oublier, il n’est juste bon qu’à payer…

Non, une fédération ne doit pas défendre que la franchise, mais bien les franchiseurs. Le terme « franchise » n’est qu’un mot vague et aux contours flous et ambigus. Les franchisés, eux aussi, ont le droit de parler de franchise.

Les franchiseurs, eux, sont concrets, ils vivent, disparaissent, font fortune, quittent la France, etc.

Ce sont les franchiseurs qui s’occupent de leurs franchisés et qui les rendent contents de leurs choix et de leurs sorts.

Ce n’est certainement pas une fédération embusquée derrière le mot « franchise » et gesticulant pour produire des statistiques, cherchant à avoir une influence, en quelque sorte, sur la « macro-économie » !

Non, aujourd’hui et demain, si on ne défend pas bec et ongles le FRANCHISEUR, ces entrepreneurs vont s’amenuiser. Il y aura donc moins de candidats franchisés et de franchisés.

Attention à ne pas se tromper de combat…

Mais comme toujours, avec le temps qui passe, ceux qui se prétendent défendre une cause, finissent toujours par ne défendre qu’eux même !

Franchiseurs, ne vous laissez pas faire !

Advertisements
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :