Skip to content

Football et politique ou La République des « loosers »

3 décembre 2013

On nous a prédit une année 2014 encore plus difficile. Mes « – 30% » exprimés lors du dernier congrès du CEDRE 2013 continuent malheureusement à irriguer insidieusement tous les secteurs de l’économie.

Heureusement, mardi 19 novembre dernier, la France a gagné contre l’Ukraine et obtenu ainsi, in extremis, sa qualification pour la coupe du monde au Brésil ! En écoutant la radio, regardant la télé (que je ne regarde jamais, mais une fois n’est pas coutume !), j’étais sidéré par le « barouf » orchestré autour de ce match d’exception (il est vrai !). Le football n’est-il pas devenu une « mesure étalon » d’une politique d’un pays ?

Je croyais presque que la France venait de gagner la « finale » de la coupe du monde !!! « Tous sur les Champs Elysées », comme en 1998 !

Hélas, non. Toute cette hystérie médiatique, voir récupération politique, Hollande et Ayrault se congratulaient d’avoir gagné, c’est la « France qui gagne ».

Bon d’accord.

Mais gagner quoi ?

Hélas, c’était gagner juste le droit de faire partie de la compétition !!!

S’agit-il de la même logique en politique : avons-nous juste le droit de participer à la compétition du commerce mondial ?!

La France est-elle tombée si bas qu’elle n’espère plus gagner ou être leader, mais seulement se hisser laborieusement sur toutes les lignes de départ des multiples compétitions devenues pour la plupart, mondiales maintenant. Rappelez-vous du fameux : « L’important, c’est de participer, pas de gagner » qu’on nous apprenait à l’école.

Ce délire collectif de fin de match m’a fait un peu de peine.

Une France pleine d’espérance face à une réalité impitoyable… Cette France, soumise et « addicted » au poison du collectivisme ! Et cette « philosophie fiscale » qui cherche à trainer tout le monde vers le bas tuant ainsi le désir de réussir (devenir un « winner »), valeur pourtant cardinale de la civilisation occidentale libérale. Dans le sport de haut niveau, cette politique de « médiocratie » se paie cash… (Voilà pourquoi le grand nageur français Yannick Agnel a préféré se délocaliser à Baltimore pour maintenir son niveau et échapper à la jalousie des petits entraineurs fonctionnaires de la FFN (Fédération Française de Natation) !).

Si on suivait les recommandations de l’avocat Me Meresse (voir mon blog « Il a avoué », novembre 2013) dans le domaine de la franchise ; c’est-à-dire donner le pouvoir au réseau, il n’y aurait plus de franchise du tout. Pourquoi ? Car s’il n’y a plus de franchiseurs, il n’y aura forcément plus de franchisés. Mais en revanche, il y aura toujours des franchisés pour de bons franchiseurs. Dingue, n’est ce pas ? Alors, pourquoi les français détestent tant ces « winners » qui revendiquent le droit d’être riche ?! … Et le droit de payer la taxe de 75% !!!

Advertisements
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :