Skip to content

« Il a avoué » !!!

5 novembre 2013

   On savait que le cabinet Thréard, avocats spécialisés dans la défense des concessionnaires et aussi des franchisés avec l’arrivée de Me Meresse il y a 25 ans, a toujours été socialiste, « de gauche » !

Mais avec l’arrivée d’Olga Renaud, (mon ex-collaboratrice (!)) dans le cabinet Meresse, on constate une radicalisation dans ses déclarations.

Olga Renaud, d’origine russe (Sibérie), profondément stalinienne, est devenu « l’inspiratrice » révolutionnaire de l’avocat, et par la même, du monde de la franchise !

J’en veux pour preuve le dernier communiqué de Serge Meresse dans Franchise Magazine – numéro 238 (octobre – novembre 2013) intitulé : « Qui est prêt à créer la première franchise solidaire ?« .

Consternant de naïveté et de méconnaissance de l’entrepreneur. (Encore un qui cherche au nom de l’égalité à entrainer tout le monde vers le bas!…).

… « rééquilibrer le rapport de force »

… « la franchise solidaire, plus participative, plus équilibrée, moins brutale et plus franche »
Tout un programme !

Lisez ici le communiqué

… « Tout changement capitalistique sur le franchiseur doit recevoir l’aval des franchisés !!! », oui, oui, c’est écrit…

Vous constaterez, comme moi, à la lecture de cet article que Me Meresse n’est pas socialiste, mais communiste !!! Il a enfin avoué !!!

Vous connaissez cet adage communiste : « Tout ce qui est à moi est à moi, et tout ce qui est à toi est à moi »

Cet avocat à l’intelligence d’un François Hollande !!!

Communiquez-moi vos remarques après avoir lu son communiqué, sinon vous ne me croirez pas !

Le pire dans tout ça, c’est exprimé différemment, mais ça rejoint une façon de penser qui se généralise (par exemple, la co-franchise de la FFF).

Meresse oublie que c’est l’offre qui créé la demande.

Il y aura toujours des franchisés qui chercheront à rejoindre des franchiseurs pertinents et charismatiques.

C’est Steve Jobs qui a créé le smartphone et ce sont des millions d’humains qui l’ont acheté !

Les communistes-socialistes comme je l’ai indiqué dans mon blog de septembre dernier « Entrepreneur ou entreprise ? », ont désincarné, volé l’entrepreneur de son œuvre, c’est à dire son entreprise, si bien qu’on parle aujourd’hui d’entreprise, et plus d’entrepreneur.

Malheureusement, l’embêtant, c’est que les juges qui siègent à la Cour de Cassation sont aussi socialistes (génération mai 1968)… Voir l’article de doctrine concernant la polémique universitaire : Les solidaristes (socialistes) contre les volontaristes (libéraux) – partie 1 | partie 2

Les choses changeront, bien sûr, mais en attendant faut-il se mobiliser ou faire le dos rond ?!

Publicités
4 commentaires leave one →
  1. Serge MERESSE permalink
    7 novembre 2013 19 h 16 min

    Cher Olivier

    Ton commentaire sur mon article me donne le plaisir de te savoir en bonne forme.

    Je vois aussi que ta retraite au Luxembourg stimule ton imagination, rarement prise en défaut d’excès il est vrai.

    Permets moi simplement d’attirer ton attention sur le fait que le mur de Berlin est tombé en 1989 et que Paris n’est pas Moscou.

    Mais je te confirme que penser la franchise autrement que les conseils des franchiseurs et défendre les franchisés contre les dérives et abus des franchiseurs est une tâche révolutionnaire, tant elle oblige à combattre les forces dominantes et les idées conservatrices dont tu es l’un des plus beau chantre.

    Alors comment ne pas voir dans ton propos distrayant l’éloge de mon combat pour les franchisés ?

    Avec mon meilleur souvenir.

    Serge MERESSE

  2. Etienne BENIGNUS permalink
    8 novembre 2013 10 h 54 min

    Bonsoir Olivier,
    Ce que vous dites consiste à transposer une scoop au domaine de la franchise… Pour avoir eu une expérience dans la première, je vous rejoins dans l’aberration entreprenariale que cela implique.
    Ces approches sont l’antimatière du dynamisme économique. Il nous reste de résister et attendre de meilleurs augures…
    Bien cordialement

  3. Fabrizio permalink
    12 novembre 2013 13 h 41 min

    La « franchise solidaire » existe depuis la nuit des temps: cela s’appelle « la coopérative ». Il existe des structures coopératives (au dessus de toutes l’espagnole/basque Grupo Mondragòn) avec une forte composante business. Que les franchisés et conseils divers ayant des vélléités « solidaires » s’inspirent de ces structures et laissent les ENTREPRENEURS de la franchise faire leur (très dur) travail.

  4. 21 novembre 2013 13 h 24 min

    Il s’agit toujours d’une question d’offre et de demande
    Il y a le franchiseur qui détient une vrai marque, un vrai savoir faire et un concept terriblement attractif qui pourra faire monter le curseur du tout contrôle et le franchiseur qui ne sera plus dans une position de force avec ses franchisés pour x raisons et qui placera ce curseur à un autre niveau en « lâchant du lest » pour garder des franchisés motivés qui auront envie de renouveler leur contrat.
    Donc plus le concept est rentable pour un franchisé, plus le franchiseur pourra contractualiser en sa faveur (gagnant/gagnant). Sinon effectivement il y a la coopérative.
    Laurent

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :