Skip to content

Franchise Quick, suite…

1 décembre 2011

Rappelez-vous dans mon blog du mois de mars 2011 (Dommages collatéraux ! ou lettre ouverte à un franchiseur « collectiviste » : Quick ! cliquez-ici), je remettais en cause la gouvernance de Quick vantant dans les médias son désir de « co-franchise ».

Vous connaissez mon sentiment à ce sujet, et bien évidemment vous aurez compris que je ne pouvais pas ne pas entrer en guerre contre cette approche irresponsable et « guignolesque » !
Moi je défends la vraie franchise « capitalistique » et entrepreneuriale, et non la franchise « collectiviste »….

Tous les jeunes franchiseurs le découvrent, souvent à leurs dépens, la franchise doit être verticale ou n’est pas.

Dans l’affaire Quick, aujourd’hui, la presse fait état de problèmes « corporate » de Quick devant la justice belge (cliquez-ici, article de La Tribune – Le rachat de Quick par la Caisse des dépôts dans le collimateur de la justice belge et article du Républicain Lorrain – La Justice belge creuse l’affaire Quick – Alain Morvan).

Le rachat par La Caisse Des Dépôts et Consignations – l’Etat, donc nos impôts – par sa filiale Qualium, au milliardaire belge Monsieur Albert Frère de la chaine Quick en 2006 pour 800 M€, alors qu’elle était estimée à 300M€ environ deux ans auparavant, ne peut-être que suspect ! hurle la presse….

Ce qui est remarquable dans cette affaire c’est l’irresponsabilité généralisée.

Encore bravo les énarques de Bercy « ce qu’on peut faire, n’est-ce pas, avec l’argent des autres !!!… »

Résultat : c’est la débandade des franchisés (selon certaines sources). En tout cas Monsieur Azan, le Président de l’Association des Franchisés, fervent utilisateur naïf de la « franchise collectiviste », va peut-être essayer de prendre le pouvoir !!!

Enfin, encore quelques mois et la valorisation de Quick sera à la ramasse ! Mais des prédateurs sont déjà en embuscade…et vont remettre les pendules à l’heure !?

Tout cela au lieu de développer l’enseigne Quick dans le monde entier : quel gâchis !

Publicités
3 commentaires leave one →
  1. serge permalink
    25 novembre 2011 20 h 20 min

    bonsoir,

    ce n’est décidément pas la décennie favorable pour Quick.
    Beaucoup de rdv manqués et de gachis, j’en ai été le témoin…

    Attention cependant à la manip grossière et le rapprochement politique , cf le « pedigree » de JM Khun. La clef de cette opération est à chercher en Belgique entre le groupe GIB et Albert Frêre…et le management des années 2003- 2009.

    Dommage

    • 1 décembre 2011 12 h 17 min

      Merci pour votre commentaire.

      A propos de Quick, l’évolution du management ces 10 dernières années a stigmatisé le conflit endémique entre le développement réussi basé sur les hommes, et les intérêts financiers du « grand capital », en l’occurrence ceux d’Albert Frère Groupe.
      En effet, il faut savoir que lorsque Quick a été repris par Albert Frère, le franchiseur, avant la reprise, supportait la charge financière du contrôle qualité des restaurants franchisés Quick. Après la reprise par Albert Frère, cette charge financière a été transférée sur les épaules des franchisés.
      Forcément l’accident qui devait arriver, est arrivé…

      Dans mon blog de mars 2011 (cliquez-ici), je parlais « d’irresponsabilité généralisée ».
      Manifestement, la « confusion des genres » a conduit Albert Frère, déjà à l’époque, à oublier ses responsabilités de franchiseur.
      J’écris cela en me retournant vers le code de déontologie, que la FFF, depuis juin 2011, veut imposer in extenso dans tous les contrats de franchise de ses adhérents.
      Quick est non seulement adhérent mais aussi au Conseil d’Administration de la FFF.
      Grâce à cet abus de pouvoir de la FFF, les franchiseurs pourront les mettre en cause, elle et la fédération européenne de la franchise, dans les contentieux avec les franchisés puisqu’elle s’est imprudemment invitée dans la relation contractuelle franchiseur-franchisés !

      Mais pensez-vous que Quick respecte en tout état de cause ce fameux code de déontologie ?
      « Qui n’est entre nous que du verbiage et qu’aucun juriste sérieux ne pourra contractualiser » !

  2. serge permalink
    1 décembre 2011 20 h 29 min

    CQFD

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :