Skip to content

Salon de la Franchise : le déclin ?

20 mars 2010

1. Savoir lire entre les lignes

Salon de la Franchise 2010

Photo d\’une allée du salon de la Franchise 17 mars 2010

Le dernier Salon de la Franchise qui a fermé ses portes mercredi 17 mars dernier, était une édition 2010 mirage !

Tout avait l’apparence d’un beau petit salon. Le talent des organisateurs y était pour quelque chose. En rétrécissant le nombre de m², en disposant le circuit des allées différemment, pour surfer sur les candidats franchisés (ex cadres au chômage), tous les artifices étaient présents, même l’ouverture du salon un dimanche et sa fermeture un mercredi.
Mais cela suffit-il pour masquer le déclin de ce salon qui a connu ses heures de gloire dans les années 80 d’abord et 2000 ensuite ?
Mais le plus surprenant, pour moi, qui arpente les allées du salon de la franchise depuis sa création en 1982 et qui cherche « à lire entre les lignes » a été de constater le changement radical du discours de la FFF lors des évènements officiels. J’ai entendu, pour la première fois, un Président, en l’occurrence M. Guy GRAS faire du prosélytisme et demander « en pleurant » à tous les exposants, d’adhérer à la FFF ; tout en souhaitant au passage un joyeux anniversaire à la déléguée générale, Chantal Zimmer, qui fêtait ses 60ans…

Curieux changement de cap.

Pendant 30 ans, la Fédération Française de la Franchise n’avait, grosso-modo, qu’une centaine d’adhérents, masquant ce peu de représentativité en se glorifiant de son élitisme autour de son code de déontologie (rarement respecté d’ailleurs par ses propres présidents, par exemple M. Micmacher, longtemps Président de la Fédération Française de la Franchise et de la Fédération Européenne de la Franchise, en même temps Président de la société Pronuptia laquelle société fut mise en redressement judiciaire en 1986 pour finir en liquidation judiciaire quelques temps plus tard et avoir disparu définitivement du monde de la franchise ! Bel exemple de déontologie…). D’autres présidents pourraient être cités…
Ce changement radical de la fédération peut s’expliquer par son désir de représentativité et de devenir enfin crédible.

Mais qu’en est-il du code de déontologie ?

En ouvrant les portes à un maximum d’enseignes c’est d’un quasi renoncement à l’application de ce fameux code de déontologie qu’il s’agit.
D’ailleurs dans la pratique, tout le monde « se moque » du code de déontologie de la FFF, en revanche tout le monde s’agrippe au DIP qui lui a une valeur légale puisque c’est l’application de la Loi Doubin.
N’oublions pas que des grandes enseignes comme Mac Donald et Carrefour ont quitté la fédération pour ne pas se sentir complices d’un désir de « co-franchise » !

La Fédération Française de la Franchise a toujours essayé d’être l’organe moralisateur de la franchise en France. En réalité c’est la Loi Doubin de 1989 qui a moralisé la franchise en France (n’oublions pas que la Fédération était à l’époque contre cette loi.).
Mais la Loi Doubin doit être réformée et doit évoluer. Par exemple, et cela existe déjà grâce à internet, la Loi Doubin n°2 devra imposer aux franchiseurs la divulgation de tous les bilans de tout son réseau et l’inclure dans le DIP lui-même.
Le changement de doctrine de la Fédération Française de la Franchise vient du fait qu’elle doit être représentative pour être crédible. 100 à 140 adhérents sur plus de 1400 enseignes est (10%) marginal et laisse l’espace libre à la concurrence : IREF, le CEDRE,…autant d’organisations concurrentes qui s’installent dans le paysage de la franchise française, sans compter l’éclosion toute printanière de multiples groupuscules qui fleurissent sur internet.

Cependant, dans l’ouvrage « Toute la franchise 2010 », éditée par la FFF, vous découvrirez l’ambiguïté – proche de la tromperie – du mélange des enseignes membres de la Fédération Française de la Franchise et, immédiatement après, de toutes les autres enseignes non membres : astucieux et commode pour la représentativité de la Fédération Française de la Franchise. Mais cette présentation ne peut-elle pas tromper le lecteur qui en parcourant l’ouvrage pourrait croire que toutes ses enseignes sont membres de la Fédération Française de la Franchise.

Même ambiguïté au Salon de la Franchise lui-même, on retrouve le conflit entre « l’éthique » et le « commerce ». Les franchiseurs membres de la FFF côtoient un nombre beaucoup plus important d’enseignes non membres. N’importe quelle enseigne peut avoir un stand au Salon de la Franchise, il suffit de communiquer un DIP.

Et oui, l’organisateur Reed doit lui aussi faire du chiffre !

Le pauvre candidat doit être assez perdu dans cet univers « impitoyable » !

Enfin, les allées du dernier salon de la franchise étaient assez vides et désertées. Sans compter la terrible contre-publicité du reportage à une heure de grande écoute : « les dessous de la franchise » au journal télévisé de TF1, du mercredi 17 mars 2010 (voir ici le reportage).

Y a-t-il des explications à ce déclin ?

2. Y a-t-il un risque de déclin de la franchise en France ?

Hors des brochures laudatives des enseignes et des articles « commerciaux » de la presse spécialisée, il suffit de cliquer sur http://www.société.com et avoir quasi-gratuitement tous les bilans avec le détail de l’actif et du passif, du CA, des dettes fournisseurs, etc… C’est le scoop de la franchise en 2010 !
Sur le site avis-judiciaires.com, vous pouvez avoir accès à tous les dépôts de bilan du même réseau.

A. En réalité le vrai déclin de la franchise va être engendré par la transparence d’internet. Fini le bluff, la vente hard du salon et les mensonges par omission…car l’accès des candidats franchisés aux vrais chiffres détruira dans un court avenir 30% des franchiseurs en France.

Très prochainement, émergeront des sites qui mettront en ligne ces fameux bilans : « tous les bilans de tous les réseaux de tous les secteurs. » Avec de pareilles informations immédiatement accessibles, beaucoup de franchiseurs ne pourront plus recruter et disparaitront. Mais pire encore, ces mêmes informations seront aussi accessibles aux avocats des franchisés.
Imaginez : les plaidoiries sur le DIP défendues par les avocats des franchiseurs seront pulvérisées en plein vol lorsque les avocats des franchisés communiqueront aux juges l’état des lieux bilantiel du réseau. Les franchiseurs perdront alors forcément leurs procès, sauf les bons franchiseurs qui pourront étaler leurs 80% de bons franchisés heureux !
En ce qui me concerne, j’ai toujours défendu la vraie franchise et la franchise entrepreneuriale qui fait le succès des franchiseurs et des franchisés.

B. La jurisprudence anti-franchiseur

Voir mon post de juin 2009 : Pourquoi la Fédération Française de la Franchise fait fausse route : qui veut la mort de la franchise ?
Jurisprudence Casino et Carrefour
Jurisprudence Chattawak
La chaîne d’hôtellerie B&B (qui a vu son mandat de gestion intégrer dans le contrat de franchise, comme cela était d’usage dans l’hôtellerie depuis plus de 20ans a vu son contrat de franchise requalifié en contrat de travail).
Enfin dans le cas Yves Rocher, plusieurs dizaines de franchisés ont obtenu la requalification de leur contrat de franchise en contrat de travail.
On ne peut que « féliciter » le directeur juridique d’Yves Rocher, M. Guy GRAS, qui est aussi par ailleurs l’actuel Président de la Fédération Française de la Franchise (Hé oui) !!! Vive le code de la déontologie de la franchise !

C. Les erreurs politiques de la Fédération Française de la Franchise qui continue à vouloir favoriser la co-franchise (voir le post : Pourquoi la Fédération Française de la Franchise fait fausse route : qui veut la mort de la franchise ?)

D. La remarquable montée en puissance des groupements et coopératives dont le discours pourrait sembler plus adapté en ces temps de crise.

E. Ce qui va tuer la franchise.

C’est le double langage qu’il y a entre les institutionnels et ceux qui vivent de la franchise (presse spécialisée, consultants, avocats, salons de la franchise et FFF…) et la réalité du terrain qui ne pourra plus être dissimulée et diluée dans le temps puisqu’internet va dévoiler la tragédie des franchisés (ceux des mauvais réseaux bien sûr).

En conclusion, les bonnes franchises professionnelles et sérieuses vont tirer leur épingle du jeu au détriment des autres.

Pour ceux qui seraient intéressés par cette fameuse transparence bilantielle par internet, le CEDRE organise un atelier le jeudi 6 mai à 17h (voir programme) : la transparence bilantielle dans les réseaux de franchise et internet ! Lisez le programme sur www.franchiseland.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :