Skip to content

Supercherie

13 novembre 2009

« Les candidats entrepreneurs » ou les créateurs d’entreprises ont toujours été en France instrumentalisés par les pouvoirs publics pour simuler en période de hausse de chômage, que l’entrepreneur allait être choyé.
Un peu comme Sarkozy qui instrumentalise Besancenot l’extrême gauche à pour affaiblir et diviser la gauche. Avant lui, Mitterrand avait fait la même chose pour affaiblir la droite en instrumentalisant Le Pen.
Les pouvoirs publics sont des grands menteurs. Ils n’ont pas apporté la preuve que le créateur d’entreprise allait être respecté sur le long terme.

Pourquoi ?

Avec l’incroyable fiscalité française si complexe et le monstrueux  niveau des charges sociales, si certains entrepreneurs- franchiseurs s’en sortent plutôt bien (Afflelou, Alain Manoukian, Yves Rocher…), ils ont fait fortune, …les autres à peine arrivés à un « début » de prospérité : contrôles fiscaux, contrôles URSSAF, etc… – se trouvent « tondus » et n’échappent pas  à la faillite et à la liquidation judiciaire.
Il n’y a qu’à voir les chiffres des dépôts de bilan, surréaliste, des dizaines de milliers par mois disparaissent en ne payant du coup ni le fisc ni l’URSSAF.

Les politiciens ont vraiment la tête dure en France. Le débat actuel sur la taxe professionnelle concernant le millefeuille et le gaspillage des « potentats » des collectivités locales, est significatif. Ils vivent tous dans le luxe avec l’argent des autres, bien sur. Il y a toujours un « Louis XIV » qui sommeille en chaque élu ou fonctionnaire français !!!

Tout cela pour dire que la « supercherie publique » de faire croire en la réhabilitation de l’entrepreneur a déjà existé sous le Président Mitterrand en 1983 alors que Laurent Fabius était premier ministre.

C’est lui qui a favorisé la PME et la franchise. Rappelez-vous les Trains du commerce et que le « pauvre » ministre Renaud Dutreil n’a fait que plagier ! 20ans après.   Mais les français ont la mémoire courte.

Qui croire ?

Conclusion, l’entrepreneur français ou franchiseur d’aujourd’hui n’a plus de grande chance d’atteindre la réussite financière, ou simplement  la prospérité s’il ne se délocalise pas dans au moins 3 pays de l’union européenne. Quant à la TPE, elle n’est que de la « chair à canon » qu’utilise le politique pour calmer « la meute » (exemple, l’auto-entrepreneur).

Nos responsables ne s’intéressent qu’au CAC40 d’où le déficit des PME en France comparé à l’Allemagne par exemple.

Enfin, l’entrepreneur a besoin de sécurité sur le long terme.

Beaucoup de ces jeunes entrepreneurs et /ou franchiseurs qui ont démarré dans les années 1982/1983 sous le règne de Fabius, ont aujourd’hui disparu en grande partie par la faute de la fiscalité et des charges sociales.

En conclusion, je trouve immorale de faire croire à ces « pauvres » créateurs d’entreprises que la politique française va changer et être favorable aux entrepreneurs sur le long terme.

C’est un mensonge, c’est une supercherie.

Ce qui est important pour l’entrepreneur, ce n’est pas son chiffre d’affaires mais ce qui lui reste en net-net dans la poche.
Si on calcule son bénéfice après impôts c’est édifiant.
Aujourd’hui, l’entrepreneur français qui réussit à sortir de l’ornière comme d’ailleurs la profession libérale ne gagnera jamais plus que 4 à 5000€/mois.
Vu le travail, les risques, l’énergie déployée c’est une misère.

Tant qu’on n’aura pas dégraissé substantiellement les millefeuilles des pouvoirs publics et autres collectivités locales, rien ne changera vraiment en France….

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :