Skip to content

Balles perdues !

2 décembre 2008

Triste fin d’année, Princesse Tam Tam. Bombay. 23-24 novembre 2008

Mourad Amarsy, co-fondateur de Princesse Tam Tam avec sa femme Loumia Hiridje, tous deux malgaches, mais d’origine indienne et musulmane, tous deux sont morts lors des attentats de Bombay.
En 1994, Mourad m’avait demandé de refondre son contrat de franchise Princesse Tam Tam.
A l’époque je lui avais ouvert les yeux sur le private equity et sur le développement capital.
Je lui avais même conseillé de prendre contact avec le géant du prêt à porter japonais « Fast Retailing ».

C’est Mourad qui m’avait initié à la délocalisation à Madagascar, pays pour lequel j’ai investi beaucoup de temps et de joie dans des ONG modestes et efficaces (voir le site web http://www.franchiseland.com avec le CEDRE à Madagascar en cliquant ici.)

Loumia Hiridje était de ces femmes qu’on n’oublie pas. Manager de l’année 1994, Prix de la femme d’affaires 1996, une des rares femmes franchiseurs comme Geneviève Lethu.
Lors de la campagne présidentielle, elle se range au coté» de Nicolas Sarkozy « pour libérer l’entreprise ».
En 2005 elle vend Princesse Tam Tam finalement aux japonais « Fast Retailing » et fait fortune.
Curieusement, elle a préféré retourner à ses origines indiennes, berceau familial du Gujarat près de Bombay.

Pourquoi pas Madagascar?

Enfin elle femme d’exception, lui l’intellectuel, abattues tous deux par des balles perdues (ou non) par les odieux terroristes à Bombay dans l’indifférence géologique et l’absurdité de la mort qui fauche au hasard.
J’ai beaucoup de peine…
Je me dis, au fond, à quoi bon tout ça ?
Cette amie, cette grande franchiseur, morte dans l’enfer de l’islamisme, eux qui pourtant étaient musulmans…
Ce mot écrit à chaud. Je veux que vous n’oubliez pas, dans la communauté de la franchise,  Princesse Tam Tam et sa fondatrice  Loumia Hiridje.

Publicités
One Comment leave one →
  1. Bastien Van Cuyn permalink
    26 décembre 2008 21 h 05 min

    Je partage la même peine.

    J’avais connu Mourad Amarsy en classe préparatoire au Lycée Faidherbe à Lille. Nous formions le même binôme. A ma connaissance il avait ensuite suivi des études d’ingénieur à l’Ecole Centrale de Lille (anciennement l’IDN).

    Je ne vois pas qu’il ait suivi une formation de pharmacien.
    Bien cordialement.

    BVC

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :