Skip to content

Lettre ouverte à un vrai franchiseur : Patrick Hautot

8 septembre 2008

Rapid’ Flore se vend à Monceau Fleurs

Bravo Patrick Hautot !

Tu as créé Rapid’ Flore en 1995. Aujourd’hui tu vends ton réseau à ton principal concurrent Monceau Fleurs. Tu as fait fortune en un peu plus de 10 ans !!!…
Bravo ! (comme Guy Hocquet dans l’immobilier qui lui aussi a fait fortune en vendant son réseau à un groupe d’assurances il y a quelques mois)
C’est une vraie success story de franchiseurs.
Tu as su allier la vitesse de développement à l’intéressement de tes franchisés, à leur réussite financière et avec une vraie relation continue dans ton rapport avec tes franchisés (c’est bien ce rapport qui constitue les bonnes franchises : partenariat dans le profit)
Provincial de culture et de conviction, tu as évité Paris.
Tu as eu raison !

Homme de réseaux, tu as aussi su faire croire aux associations comme le CEDRE ou la FFF que tu étais un allié, que tu avais enfin l’esprit « clubbing », alors qu’en réalité tu la jouais cavalier seul.
Déterminé que tu étais
Tu as eu bien raison.
Quand on lit ou quand on écoute les « perrorages » égalitaristes des « officiels » – cela en devient affligeant – toi tu n’as jamais oublié, et c’était ton objectif, que monter une franchise c’était pour gagner de l’argent et créer du capital, et donc accéder à la réussite financière. Au fond, tu es un vrai libéral !
Sous tes airs bourrus de normand, tu avais en réalité une approche à l’américaine du business.
Bien sur tu vas créer des jaloux (le FISC par exemple) ! N’oublies pas qu’on est en France…et que l’entrepreneur, politiquement correct, en France est celui qui ne gagne pas d’argent mais demande des subventions !!!
Mais par ta réussite exceptionnelle, tu donnes l’exemple à tous ces jeunes franchiseurs que la franchise n’est pas qu’une cour de récréation où s’expriment quelques pseudos intellectuels ou quelques cadres supérieurs en mal de reconnaissance professionnelle, qui n’ont jamais su gagner 3 francs 6 sous, mais qui ne sont pas avares de leurs conseils et qui sont très facilement des donneurs de leçons.

Si un jour tu devenais consultant, tes conseils seraient à l’évidence vraiment crédibles…
Oui, tu vois, quand on lit par exemple le compte-rendu du dernier colloque de la FFF du 17 juin 2008 « Le temps des réseaux : adapter l’animation au cycle de vie des réseaux », et bien qu’on devrait avoir à faire à un public d’entrepreneurs (un franchiseur n’est-il pas un entrepreneur ?), on est sidéré de découvrir qu’il n’est question que « d’égalité ». En parcourant le compte-rendu, on peut même lire par exemple qu’un certain Laurent Caraux, vice-président de la FFF, dit : « Le franchiseur et le franchisé se parlent d’égal à égal ».
Bref, on ne lit que des discours dignes de vrais socialistes collectivistes français, avec pour certains franchiseurs venant du sud-ouest un vieux relan de « rad soc » ! (mais même pas gauche caviar par-dessus le marché !)
A croire que la politique actuelle de la FFF veut donner raison aux propos « trotskistes » (et qui n’est pas sans rappeler l’âge d’or de Michel Rocard et de sa fameuse « cogestion » dans l’entreprise) de notre regretté confrère Jean Threard (grand avocat des concessionnaires) qui a su transmettre d’ailleurs cette idéologie à son successeur, Me Meresse, et à sa jeune équipe, dont certaines, transfuges, venues du froid (avec leur esprit soviétique…les franchiseurs n’auront qu’à bien se tenir !!!).
En effet, dans son excellent ouvrage paru en 1989 : « en toute franchise et sans concession », Me Threard ne craignait pas à l’époque de revendiquer et de vouloir une loi imposant : une personnalité morale pour les réseaux de franchise ! (cliquez-ici)
Oui oui rien que ça …
Il considérait d’ailleurs qu’il devait y avoir une égalité absolue entre le franchiseur et les franchisés. C’est cette même idéologie qui fait courir Me Meresse, aujourd’hui,  à l’assaut des réseaux de franchise pour proposer au travers d’associations de défense des franchisés vers une tentative de « cogestion » !
Évidemment, à cette époque, j’étais entré en guerre contre Me Threard pour oser tenir de pareils propos dans le monde des réseaux commerciaux. Ce qui ne l’avait pas empêché de citer « mes bons mots » dans une interview que j’avais accordé au journal Le Monde en 1988. (cliquez ici)
Cher Patrick, heureusement que ta réussite rappelle à tout un chacun qu’il ne faut pas dire n’importe quoi quand on parle de franchise. Et ton témoignage doit surtout convaincre les jeunes franchiseurs, surtout dans le secteur des franchises de service, et en particulier des services à la personne, que la franchise n’est pas qu’une question de contrats ou d’animation de réseaux, mais bel et bien aussi, un rapport de force (Le Nouvel Economiste – 28 août au 3 septembre 2008).
Attention, le franchiseur de demain pourrait bien se transformer en « fou du roi » !

En vérité, toi, tu as eu le sens du capital. Mais si toi tu as le sens du capital, ce n’est rien par rapport à celui de Laurent Amar, l’ogre, le jeune PDG de Monceau Fleurs, et le trop « rural » fondateur du Jardin des Fleurs, Michel Postulka, n’a plus qu’à trembler !!!
Encore bravo Patrick.

Qu’en pensez-vous ?

Advertisements
10 commentaires leave one →
  1. 8 septembre 2008 19 h 00 min

    I was on Yahoo and found your blog. Read a few of your other posts. Good work. I am looking forward to reading more from you in the future.

    Tom Stanley

  2. Solene Sentier permalink
    9 octobre 2008 16 h 44 min

    J’ai lu votre billet et je dois dire que j’ai beaucoup apprécié la sincérité, le franc-parler, et l’authenticité de vos propos. Il n’y a pas de langue de bois et c’est fort appréciable par les temps qui courent.

    Bien entendu que Monsieur Patrick Hautot a eu raison de penser d’abord à son business, c’est un entrepreneur et à ce titre on peut le citer en exemple.
    Quant aux autres « parasites » notamment ces avocats qui voudraient faire de la cogestion entre réseaux franchisés et franchiseurs relèvent d’une idéologie dépassée, ringarde et aujourd’hui ridicule.

    J’aimerai bien adhérer au CEDRE.

    Solene Sentier
    Lyon

Trackbacks

  1. Le blog d’Olivier Gast » Blog Archive » Polémique !
  2. Le blog d’Olivier Gast » Blog Archive » PARADOXES
  3. Le blog d’Olivier Gast » Blog Archive » Pourquoi la Fédération Française de la Franchise fait fausse route : qui veut la mort de la franchise ?
  4. Le blog d’Olivier Gast » Blog Archive » Le « Rééquilibrage »
  5. Le « Rééquilibrage  « En toute Franchise !
  6. Déontologie et morale : l’affaire Yves Rocher « En toute Franchise !
  7. Paradoxes « En toute Franchise !
  8. Pourquoi la Fédération Française de la Franchise fait fausse route : qui veut la mort de la franchise ? « En toute Franchise !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :