Skip to content

Leçon de Franchise

1 août 2008

La franchise : Suzerain,  Vassal ?

Quand dans les années 1980, j’avais stigmatisé la relation franchiseur-franchisé, par essence verticale, par ce vieux contrat « féodal » suzerain-vassal, cette expression avait choqué plus d’un (surtout chez certains parlementaires !).
Pourtant, c’est la seule façon de concevoir le bon rapport entre le franchiseur et ses franchisés, et si on veut que la franchise continue de prospérer.
A défaut, le système glisse irrémédiablement vers un partenariat de type coopératif (coopérative).
Les franchiseurs veulent-ils partager leurs actifs avec un contrepouvoir ? Eux qui ont transpiré sang et eau, pour accéder au succès, à la notoriété, au leadership.
Je suis choqué à mon tour par l’évolution politique de la FFF, qui en associant les franchisés, de manière institutionnelle, du fait de leur présence au conseil d’administration de la FFF , crée les germes du contrepouvoir dans les réseaux et dégoupillé la grenade risquant de faire exploser le sacro-saint principe de verticalisation qui doit absolument présider à la relation franchiseur-franchisé, fondement essentiel de la franchise.
Cette verticalisation n’empêche aucunement la relation harmonieuse entre le franchiseur et ses franchisés. Bien sur qu’il faut parler de dialogue, de structure de dialogue, d’animation permanente, de relation continue. Cette relation continue justifie par les franchisés le paiement de royalties. N’oublions pas qu’une bonne franchise s’apprécie par le nombre de franchisés qui payent régulièrement leurs royalties (80% au moins).
Pourquoi je m’insurge contre cette tendance ?

a) Parce que l’âge d’or de la franchise de distribution est derrière nous (même si le reflux sera remarquable dans le temps). Le e-commerce va bouleverser la donne. On comprend bien que dans la franchise de distribution le franchiseur contrôle son réseau grâce à ses produits exclusifs, et qu’il peut en conséquence admettre politiquement cette approche démagogique.

b) Mais quid dans la franchise de service ?
Le futur incontesté de la franchise, c’est bien la franchise de service. Le premier phénomène est apparu avec l’explosion du marché des services à la personne. Le discours cherchant à partager et à rééquilibrer le rapport de force franchiseur-franchisé conduit mécaniquement toutes les franchises de service dans le mur.
Pourquoi ?
Parce que le franchiseur ne contrôle pas son réseau par des produits exclusifs, il ne fait que transférer son savoir-faire, lequel – n’étant pas breveté – ouvre la boite de pandore à toutes les dissidences possibles et imaginables avec dans son sillage : les pillages de savoir-faire, les parasitismes économiques et les concurrences déloyales (par exemple, la franchise après la classe, dont les franchisés ont créé la dissidence devenue Family Sphere)
Les jeunes franchiseurs dans la franchise de service doivent absolument se préoccuper de la pérennité et du contrôle de leur réseau sans quoi j’ai bien peur qu’ils ne travaillent pour rien !!!
Il faut revenir aux fondamentaux qui ont fait le succès de la franchise, la vraie franchise, que j’ai toujours défendue, bec et ongles, depuis 25ans.

Qu’en pensez-vous ?

Le Nouvel Economiste – 28 août au 3 septembre 2008

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :